Les origines du mariage : à la rencontre de nos traditions !

Futurs mariés Les symboles du mariage
810 . 2018

De Charlotte
8/10/ 2018

Dans l’imaginaire collectif, un mariage s’organise autour de traditions et de symboles forts : l’alliance, la robe blanche, le voile… chaque détail d’un mariage a une histoire, un passé qui nous réserve parfois de sacrées surprises !

La demande en mariage

La demande en mariage tient pour beaucoup dans l’histoire de votre engagement. Est-ce à l’homme de la faire, le genou à terre comme dans les contes de fées ? La femme doit-elle prendre les devants comme dans cette nouvelle émission tv qui ne laisse pas le choix au prétendant ?
Quelle que soit votre demande, elle sera inoubliable, car elle scellera le début de l’aventure de votre mariage !

Si on regarde vers le passé les traditions ont beaucoup évolué…

En des temps très anciens, c’est le père du jeune homme qui allait demander la main de la jeune fille au père de celle-ci. Les principaux intéressés n’étaient souvent même pas au courant ! C’est l’aspect financier qui importait, on parlait de la dot avant d’envisager le mariage.
On se mariait très jeune, les filles pouvaient l’être dès l’âge de treize ans, quinze ans pour les garçons pendant la révolution française. Même si aujourd’hui ce type de mariage nous semble inconcevable, dans certains pays du monde de très jeunes filles sont encore mariées dès leur puberté.

Petit à petit la tradition a évolué et c’est le jeune homme qui est venu directement demander la main de sa belle au père de celle-ci. Les futurs époux ont souvent échangé un peu avant le mariage, se sont rencontrés (parfois secrètement !) avant la demande en mariage et les fiançailles le précédant.

Les traditions se sont peu à peu modifiées… Même dans les familles très traditionnelles les futurs époux se sont déclarés leur amour et le jeune homme a demandé la main de sa promise avant d’en faire la demande officielle auprès du père de sa fiancée..
Celle-ci devient plus une marque de respect qu’une réelle “permission”.

Aujourd’hui, dans la plupart des histoires d’amour, c’est l’homme qui fait sa demande auprès de sa promise. Il lui offre alors une bague de fiançailles, étape traditionnelle antérieure au mariage.
Les futurs mariés l’annoncent ensuite ensemble à leurs familles respectives.

demande en mariage

 

Les fiançailles

Les fiançailles sont une coutume très ancienne. Première étape avant le mariage, les noces devaient être célébrées dans l’année suivant l’annonce de celles-ci. Au départ acte protocolaire, c’est aujourd’hui souvent une fête familiale, la première occasion pour que les deux familles des futurs époux se rencontrent. Une façon de tester l’harmonie familiale en quelque sorte avant d’envisager de faire le grand saut !

Les deux promis s’échangeaient un simple anneau au Moyen Age qui représentait le pacte passé entre les deux familles. C’est l’archiduc Maximilien qui, en offrant une bague  en diamant à sa fiancée lança la mode de la bague de fiançailles sertie d’une pierre précieuse !
On peut le remercier car c’est un peu grâce à lui si on peut parader avec un superbe diamant au doigt !
À cette époque les fiançailles étaient l’occasion de fêtes fastueuses dans les classes sociales supérieures, et avaient autant d’importance que le mariage. Elles étaient une sorte de “vitrine” des deux familles qui affichaient ainsi leur réussite et leur richesse aux yeux de tous.

L’église s’empara au 12eme siècle du rituel laïc et l’intégra au mariage.

Au XVeme siècle on distingue la bague de fiançailles de l’alliance. On porte désormais deux bagues à l’annulaire. Le côté religieux du rite perdure jusqu’à la révolution française qui mettra fin au cadre légal et religieux des fiançailles.
Les fiançailles sont encore célébrées de nos jours, la bague gardant une place de choix dans le coeur des futures mariées !

fiancaille

 

Quand un père marie sa fille…

Le jour J, celui-ci avait la mission d’accompagner sa fille jusqu’à l’autel pour ensuite la confier à son gendre. Une façon de la guider vers sa nouvelle vie de femme et d’épouse, de ”passer le relai” de son rôle de protecteur au marié.
C’est toujours un moment plein d’émotion que l’entrée de la mariée au bras de son père à l’église et à la mairie. L’importance et la symbolique de ce moment  pour toutes les futures mariées, explique qu’aujourd’hui encore, cette tradition se perpétue.

La mariée et son père

 

Les quatre éléments du mariage

Si vous voulez un mariage “tradi” vous ne pourrez éviter cette coutume anglaise datant du XIXème siècle. Il vous faudra partir à la chasse de ces quatre éléments indispensables à un mariage romantique :
D’abord quelque chose de neuf, porteur d’espérance et de réussite dans votre nouvelle vie. La plupart des futures mariées choisissent leur robe mais ça peut être aussi les chaussures, quelque chose qui vous inspire !
Ensuite vous devrez trouver quelque chose d’ancien, qui représente votre vie passée, votre famille. C’est souvent un bijou qui se transmet de mère en fille ou de quelqu’un qui vous est particulièrement cher.  Un objet plein d’émotion et d’histoire pour vous accompagner en ce jour mémorable.
Le troisième objet sera bleu, il symbolisera la pureté et la fidélité de votre couple. Un bijou, les chaussures ? Faites preuve d’imagination et de fantaisie, il faut que cela vous ressemble !
Enfin empruntez quelque chose à une amie ou une personne proche déjà mariée et heureuse en couple, toutes les bonnes ondes sont bonnes à prendre en ce jour spécial !
Entourez vous des personnes que vous aimez et adoptez ces éléments porteurs de sens, chargés de vous accompagner et vous protéger, tels des porte-bonheur, témoins de votre amour.

 

La robe de mariée, blanche sinon rien !

Trouver LA robe : tout un programme pour les futures mariées ! On convie souvent sa mère, son (ses) témoin(s) pour nous aider dans cette quête de la robe parfaite, celle qui nous sublimera, qui mettra des étoiles dans les yeux de notre mari…
Toutes les couleurs peuvent être envisagées mais le blanc et ses variations reste la plus prisée.

Dans l’empire romain déjà, la robe blanche était de mise. Mais cela n’a pas toujours été le cas.
Au Moyen-Âge la future mariée portait simplement sa plus belle robe, d’une couleur de son choix, mais elle était souvent rouge car c’était la couleur la plus réussie par les teinturiers. Par la suite, la robe pouvait même être dans les tons bleu, marron, jaune ou noir. Des couleurs qui symbolisaient la fertilité ou la maturité à la Renaissance. Le noir permettait aux mariées de reporter la robe en cas de deuil. On misait plus sur le caractère “utilitaire” du vêtement que sur son esthétique !
Marie Stuart a relancé la mode de la robe blanche lors de son mariage avec François II. On ne sait pas si elle a adopté cette couleur en référence à sa famille, les Guise, ou pour symboliser le deuil de son père.
Il faut ensuite attendre le XIXe siècle pour retrouver la robe blanche. C’est la reine Victoria qui la remet sur le devant de la scène en choisissant de se marier en blanc afin d’exprimer la pureté et la virginité.

L’église catholique reprit cette tradition et la perpétua. On associe encore aujourd’hui le blanc à ces valeurs et, même si les temps ont changé, se marier en blanc reste une valeur sûre des mariages contemporains.

Robe de mariée blanche

 

Le voile

Accrochez-vous car la tradition suivante est pour le moins… barbare !
Pendant l’Antiquité, la coutume voulait que l’homme jette un drap sur la femme qu’il convoitait pour la kidnapper avant de l’épouser.
Plus tard, dans les mariages arrangés, couvrir le visage de la mariée permettait d’écarter tout critère physique lors de la prise de décision. Il était alors impossible pour le futur marié de fuir si la mariée ne lui plaisait pas !
Le voile permettait aussi d’éloigner les mauvais esprits et ainsi de protéger la mariée.
Aujourd’hui, lors d’une cérémonie religieuse, la future mariée le porte à l’église jusqu’à ce que les futurs époux soient déclarés « mari et femme ». Le marié peut alors soulever le voile et embrasser son épouse.

Voile de la mariée

 

Et à ma gauche… la mariée

Si vous observez, dans les mariages rediffusés à la télé ou ceux auxquels vous avez assisté, la mariée se tient toujours sur la gauche de son futur époux. C’est une tradition très ancienne, à l’époque où l’homme jetait un drap la femme de son choix pour la kidnapper. Il devait parfois se battre avec les hommes de sa famille ou d’autres prétendants. En tenant sa femme avec sa main gauche (tenant compte du fait que les droitiers sont majoritaires) il gardait sa main droite disponible pour se servir de son épée.

Une autre tradition ancienne précise que la mariée doit franchir le seuil du domicile conjugal dans les bras de son époux. Au temps de l’Empire Romain rater son entrée dans la maison commune en trébuchant portait malheur et n’augurait rien de bon pour le mariage. Etre portée permettait ainsi d’éviter le mauvais œil et de préserver sa vie future !

porter de la mariée

 

Le mythe de l’alliance

On ne peut pas se marier sans passer par l’étape d’échange des alliances et des consentements, tout un symbole d’amour éternel et de fidélité. C’est littéralement une façon de faire « alliance »  avec l’homme ou la femme de sa vie.
On rêve toutes d’une superbe bague, en or jaune ou blanc, bijou qui devient tendance et fait l’objet de collections saisonnières par les maisons de joaillerie au même titre que la haute couture !

Mais avant d’être un modèle convoité et admiré l’alliance n’était qu’un simple anneau en fer, quelque chose de très sobre, bien loin de ce qui existe aujourd’hui !
Alors qu’on pourrait la porter à n’importe quel doigt, les grecs ou les chrétiens (on se demande encore qui !) ont mis leur grain de sel.
Les médecins grecs ont contribué au mythe de la veine de l’amour ou Vena amoris qui partirait de l’annulaire et irait directement jusqu’au cœur. En portant l’alliance à ce doigt nous faisons pression sur la veine, de quoi stimuler notre cœur et le faire battre au rythme de notre amour !
Du côté des chrétiens, on rapporte qu’au XVIIème siècle, lors d’un mariage, le prêtre qui officiait a pris la main gauche et a compté 3 doigts, le Père, le Fils et le Saint Esprit, puis a glissé l’anneau au 4ème doigt, l’annulaire en prononçant « amen », scellant ainsi le mariage. Une version plus religieuse, non sans rappeler l’engagement que l’on prend auprès de son mari et de Dieu, pour les croyants.

J’avoue avoir une préférence pour la théorie grecque pour son côté romantique… le mystère reste entier et libre à vous d’imaginer et de rêver encore sur l’origine de ce bijou précieux…

Mais on peut porter l’alliance à l’annulaire droit ! Si l’on est juif ou protestant par exemple, ou que l’on vit en Grèce ou Royaume-Uni… De même selon les époques, au Moyen-Âge par exemple, ce bijou se portait à la main droite et même parfois au pouce !

alliance mariage

 

La trinité ou l’alliance à trois anneaux

Si un anneau ne vous suffit pas peut-être opterez vous pour trois ?!
L’alliance à trois anneaux, aussi appelée Trinité, a en effet ses adeptes et sa symbolique (fidélité, amour et éternité) qui séduit aussi bien les chrétiens, les celtes que les matheux ! Son origine va puiser dans dans ses cultures riches d’histoire. Elle est souvent composée de trois ors : l’or rose symbolise l’amour, l’or blanc la pureté et l’or jaune désigne l’homme ou le mari.

La culture celte a pour emblème l’anneau de trinité. Les trois anneaux qui le composent représentent la terre, l’océan et le ciel.

La Sainte Trinité (du latin “trinitas” qui signifie triple), dans le christianisme, est représentée par le Père, le Fils et le Saint Esprit. Chaque personne est une entité à part entière et ne peut exister sans les deux autres. De même les anneaux de la bague ne peuvent être séparés. Il est très important dans la religion car il incarne l’unité.

Si vous comptez faire graver l’intérieur de vos alliances sachez que cela nous viendrait du temps des romains qui gravaient un message à leur épouse pour leur signifier leur appartenance « corps et âme ».

Trinité alliance à trois anneaux

Semons la graine

Vous êtes-vous déjà posé la question : pourquoi lance-t-on du riz ou des pétales de rose à la sortie de la mairie ?
Au départ on lançait sur les mariés uniquement du riz. Cela vient d’une ancienne coutume païenne où on jetait des graines sur les mariés, censées transmettre force et fécondité aux époux. Aujourd’hui, on préfère souvent accueillir les mariés avec des pétales de fleurs ou des confettis, l’esthétique a remplacé la tradition…

Le lancer de riz

 

La jarretière : avec ou sans les dents ?

La jarretière n’a pas toujours été l’accessoire de lingerie sexy que l’on connaît !
Au Moyen-Âge c’est son utilité qui était mise en avant : simple ruban elle servait à tenir les bas des femmes. Il faut attendre quelques siècles, toujours au Moyen-Âge, pour que la jarretière devienne une tradition du mariage et un symbole de virginité et de fidélité.  A cette époque elle était, en effet, mise aux enchères pour aider la mariée à compléter sa dot. Les hommes devaient enchérir pour que la mariée remonte sa robe et les femmes payaient pour que la jarretière ne soit pas dévoilée. Si un homme gagnait, il avait le droit de retirer le ruban de la jarretière avec ses dents. Si au contraire une femme remportait les enchères, la jarretière restait en place sur la cuisse de la mariée.

Pour la petite histoire… En 1348, pendant un bal, la maîtresse d’Edouard III, alors roi d’Angleterre, aurait perdu sa jarretière. Edouard III aurait ensuite attaché celle-ci à sa jambe pour lui éviter le déshonneur. Il aurait prononcé ses mots : « Messieurs, honni soit qui mal y pense. Ceux qui rient maintenant seront très honorés d’en porter un semblable, car ce ruban sera mis en tel honneur que les railleurs eux-mêmes le chercheront avec empressement. » L’Ordre de la jarretière était créé. Il est encore aujourd’hui le plus élevé des ordres de la chevalerie britannique !

Aujourd’hui cette coutume peut être mal vue par certains, mais d’autres y voient un amusement et continuent de perpétuer la tradition.

jarretière blanche

 

1,2,3… le lancer de bouquet de la mariée

Attention seules les femmes célibataires pourront participer à cette activité ! La mariée, dos à ses invitées lancera son bouquet, le plus souvent sur le parvis de l’église. Mais cela peut aussi se faire avant l’ouverture du bal ou un autre moment choisi par la mariée. Celle qui aura la chance d’attraper celui-ci au vol sera, selon la coutume, la prochaine à se marier ! On ne connaît pas l’origine exacte de cette tradition, surtout populaire dans les pays anglo-saxons.

Le mariage est chargé d’histoire(s). Le vôtre sera empreint de certaines traditions mais aussi de votre vécu, de vos valeurs. Un mariage réussi c’est d’abord une union qui vous ressemble, entourée des personnes que vous aimez, dans un cadre magnifique pour une célébration emplie d’émotion et d’amour.

lancer du bouquet

Quelle(s) seront les tradition(s) présentent à votre mariage ?
Lesquelles vont vous inspirer le jour J ?
Dites-nous tout en commentaire !

Tags:
  • #front
Partage:

Vous aimerez aussi...



0 Commentaire(s)

Champ email invalide

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Laisser un commentaire