Les clés du succès de Daisy Parnis

Podcast
Daisy
2511 . 2020

De Syra Sylla 25/11/ 2020

Le métier de wedding planners a eu le vent en poupe ces dernières années. Si de nombreuses agences se sont lancées dans l’aventure de l’organisation de mariage, “2 oui pour 1 nom” est une référence en France.


Une réputation qui a valu à Daisy Parnis, la fondatrice, d’être désignée wedding planner de l’année sur planners.fr l’année dernière.

Ce qui fait son succès ? Sa capacité d’adaptation et d’innovation. En atteste le système d’abonnement qu’elle propose et qui permet aux futurs jeunes mariés de mensualiser leurs paiements. Un système qui a également permis à Daisy de mieux gérer la situation actuelle et l’annulation/report des mariages suite à la pandémie mondiale de COVID 19.

Passionnée par son métier, Daisy a une autre corde à son arc, particulièrement appréciée par ses clients : l’accompagnement ultra-personnalisé qui donne naissance à une relation unique avec les couples.

Ses techniques et outils privilégiés, son organisation, ses projets… Daisy nous dit tout dans le 3ème épisode de notre podcast Carnet de Noces.

2 Oui pour 1 Nom
Site Internet : https://www.2oui1nom.com
Instagram : https://www.instagram.com/2.oui.pour.1.nom
Facebook : https://www.facebook.com/2oui1nom
Pinterest :https://www.pinterest.fr/2oui1nom

La transcription de l’épisode est disponible ci-dessous


[Perrine] Bonjour Daisy, bienvenue dans cet épisode de carnet de noce. Merci d’avoir accepté de témoigner avec nous, c’est très sympa de ta part ! J’aimerais tout d’abord que tu te présentes, cela permettra à nos auditeurs de mieux te connaître.

[Daisy] Bien sûr ! Bonjour Perrine, merci à toi pour l’invitation. Je m’appelle Daisy, je suis la fondatrice de l’agence Fleur des champs, et j’habite à Marseille. L’aventure du mariage est une évidence ! J’organise des voyages depuis 2012, mais l’agence n’est née que depuis 2017. Voilà brièvement qui je suis.

[Perrine] Super. Comment en es-tu venue à créer ton agence, en sachant que tu organises des mariages depuis un certain temps ?

[Daisy] Initialement, j’étais commerciale dans la cosmétique. C’était un métier qui me passionnait, j’aime beaucoup le commerce. Cependant, je n’étais pas passionnée au point de ne pas avoir la sensation de travailler. Donc, je trouvais ça fatigant. Et lorsque j’ai commencé à organiser des mariages, ce qui à l’époque n’était que confidentiel, cela m’a donné le goût du métier. Au début, c’était avec parcimonie, mais c’est devenu de plus en plus important pour moi.
Je m’en suis rendu compte lorsque je n’avais plus la sensation de travailler. De plus, il y avait aussi un projet plus personnel, donc l’organisation du mariage a été une évidence. Il est vrai que passer le pas du confort, de vraiment se lancer en étant indépendante, m’a pris quand même quelques années. Mais voilà, j’ai eu l’opportunité, toujours avec le soutien de mon mari. J’ai tout quitté, et l’agence est arrivée.

[Perrine] Je suppose que ton parcours de commerciale t’a beaucoup aidée dans ton entrepreneuriat, dans la manière dont tu as développé ton agence ?

[Daisy] Bien sûr, et cela me sert encore aujourd’hui. Dès lors que je rencontre de futurs mariés, j’ai généralement la chance d’organiser leur mariage. Donc, l’aspect commercial me sert aussi dans les partenariats avec les autres prestataires, dans les démarches, la prospection, ainsi que dans mon organisation, de façon générale. Cela marche ensemble. Je le vois, les modules présents dans les écoles de wedding planner ou de designer sont beaucoup accès sur la partie commerce, présentation, dossier.

[Perrine] Y a-t-il une recette ? Est-ce que tu t’es approprié quelque chose qui fonctionne constamment ?

[Daisy] C’est compliqué de répondre à cette question. Je dirais que les gens ressentent si tu es passionnée, et les futurs mariés ont tendance à me le dire. Donc, je pense que c’est un point important pour les convaincre, pour leur donner envie de travailler avec nous. Après, c’est vrai que dès la première prise de contact avec les futurs mariés, je me penche réellement sur leur projet. Aussi, avant même d’avoir signé le contrat, je leur envoie par mail ou je leur dis en direct avec un dossier très complet. Cela leur permet de se projeter sur les différentes actions que je vais mener. Donc, la recette est de travailler réellement le dossier des mariés afin que ce soit sérieux. Il faut aussi s’impliquer déjà en amont.

[Perrine] Penses-tu que cela te différencie des autres wedding planner ?

[Daisy] Écoute, je ne sais pas comment les autres le font. Souvent, j’ai des retours positifs de mes clients ou de mes dossiers. Cela me laisse à croire que tout le monde ne le fait pas forcément. Donc, oui cela joue dans la balance. Faire un bon dossier donne envie de bosser avec moi, alors cela joue.

[Perrine] Cela se voit que tu es prête à t’impliquer, même si tu sais que cela ne va pas forcément aboutir. Tu te dis que tu t’impliques vraiment dans le projet, en faisant des recherches sur l’entreprise et les clients, leur projet. Cela permet de te projeter dans leur univers à eux de se projeter également dans ton univers à toi.

[Daisy] Exactement, et c’est pour cela que je leur pose des questions pendant l’entretien téléphonique préalable. Les questions concernent leurs goûts, leurs envies, tout ce qui peut être nécessaire pour le mariage. Ensuite, j’inclus tous ces éléments de manière directe ou indirecte dans leur dossier. Cela personnalise le document, donc cela leur parle.
Il est évident que si on envoie un dossier avec un côté très chic ou avec un décor minimaliste, alors qu’ils sont sur le côté champêtre, bon cela ne va pas coller. C’est pour ça que dès le départ, je leur pose un maximum de questions afin que le dossier soit le plus pertinent possible. Je m’en sers ensuite pour élaborer le moodboard. Voilà, c’est un dossier qui va vivre avec l’organisation du mariage, si j’ai le plaisir de travailler avec eux.

[Perrine] Justement, cela me permet de passer à une autre question. Au niveau des moodboard, comment les crées-tu ? Qu’est-ce qui t’inspire ? Que fais-tu généralement ?

[Daisy] Pour les moodboard, je pose déjà énormément de questions aux futurs mariés. Au-delà des questions, afin d’être certaine de parler la même langue, j’utilise des images. Par exemple, je leur demande de regarder sur Internet, sur Pinterest, et de me partager les éléments qu’ils aiment. Certains voudront du vert par exemple, mais il y a plusieurs nuances de vert, il faut donc vérifier que nous sommes sur la même longueur d’onde. Donc étape 1, les visuels !
À partir de là, je crée une palette de couleurs et je décline tous les postes. Les moodboard sont précis, car je décline chaque poste dans la chronologie du mariage. Le moodboard est déroulé comme ça, j’utilise des sites en ligne, payants ou non, pour les créer. Ensuite, comme tout le monde, j’utilise des visuels qu’on trouve sur Pinterest, pour les alimenter et se projeter.

[Perrine] En parlant de ça, tes prestataires s’intègrent-ils à cet univers visuel ?

[Daisy] Des fois oui. D’autres fois, je les inclus dans le moodboard, mais ce n’est pas systématique.

[Perrine] Comment travailles-tu avec ces prestataires ? Ce sont des gens que tu connaissais déjà, de par ton carnet d’adresses ?

[Daisy] Oui, j’ai un carnet d’adresses qui me sert continuellement, que ce soit pour les rencontres ou les nouveaux prestataires par exemple. Pour autant, c’est complètement libre, c’est-à-dire que les mariés peuvent aussi venir avec leurs propres connaissances. À chaque mariage ou à chaque évènement, je découvre d’autres prestataires, ce qui est toujours intéressant. Après, je les laisse assez libres. Ma manière de fonctionner est de s’adapter à tout le monde. Après, cela dépend la formule choisie par les mariés, mais j’essaye d’être la seule interlocutrice de mes clients, pour être au courant de tout ! Mais je les laisse aussi libres dans leurs échanges, cela ne me pose pas de soucis.

[Perrine] Super, penses-tu que cette flexibilité t’aide à avoir un bon contact avec tes clients ?

[Daisy] Oui, dans le sens où je les laisse libres. S’ils veulent absolument être en contact avec les prestataires, je les laisse faire, et c’est peut-être ça qui leur plaît. Ceux qui ne veulent n’avoir qu’une seule interlocutrice sont comblés, et ceux qui ont envie de s’investir le sont aussi.

[Perrine] J’ai vu sur ton site que tu étais assez adaptable, et que tu proposais une formule avec un abonnement. Je suis très curieuse de cela, car je n’ai jamais vu ça ailleurs.

[Daisy] Alors, je n’ai pas voulu m’enfermer dans une typologie de mariage. Je ne veux pas faire que du luxe, ou que du low cost. Donc, pour ce faire, je voulais rendre le service accessible. Alors, le système que j’ai appelé « abonnement » est juste le fait de mensualiser mes honoraires. Par exemple, je fais devis à x euros pour un mariage ayant lieu dans 13 mois, je vais prendre ce devis et le diviser par 13, afin d’être payée chaque mois par virement bancaire.
Cela permet aux mariés de lisser les honoraires de la wedding planner. Dans un sens, cela m’arrange, même s’ils ont aussi la possibilité de payer de manière plus traditionnelle, avec les acomptes, etc. Personnellement, cela permet de lisser mes revenus, et de rendre les choses claires pour tout le monde. De plus, en cette période de COVID, ce système a sauvé un petit peu ma société, car les mariées continuaient de me payer mensuellement. De plus, cela rend le service accessible à plus de personnes, car ce n’est pas forcément facile de sortir un acompte important qui n’est pas forcément prévu par exemple. Donc, cela permet à tout le monde d’y trouver son compte. Pour moi, c’est plus simple, cela se fait en virement bancaire, il n’y a pas besoin de courir après les paiements auprès des mariés.

[Perrine] Bien sûr. Justement, dans le cadre du COVID, comment cela fonctionne en termes de report ? En imaginant que tu avais prévu une mensualité de 14 mois, mais que le total sera plutôt proche de 20… ?

[Daisy] Alors, la plupart ont continué les paiements de manière traditionnelle et n’ont pas revu les modalités du contrat. Là, les paiements sont arrêtés, mais pour autant, le mariage est reporté en 2021. Par conséquent, la prestation est soldée, et le mariage aura lieu en temps voulu.

[Perrine] D’accord, c’était ma question, je voulais en savoir davantage sur les paiements, mais tu as dit que vous resteriez sur la somme globale qui a été indiquée.

[Daisy] Oui, on reste sur la somme convenue, il n’y a pas de raison de facturer davantage. Tout le monde subit la conséquence des reports, ce n’est pas nécessaire de facturer davantage aux clients.

[Perrine] C’est vraiment une super idée. Comment t’est venue l’idée de ce système d’abonnement ?

[Daisy] C’est venu naturellement. C’est vrai que nous sommes dans une mode où nous avons des abonnements dans beaucoup de choses. Moi la première, je suis adepte des box, j’en ai des tas, que ce soit pour la cosmétique ou pour d’autres choses. Là, c’est vrai que nous ne sommes pas sur du service, mais je me suis dit que nous pouvions mensualiser les choses. C’est venu naturellement, je n’ai pas d’autre explication.

[Perrine] J’ai d’autres questions, concernant notamment la partie équilibre, vie personnelle et professionnelle. Tu es maman, entrepreneure, et ton mari a rejoint ton agence en 2020 si je ne me trompe pas. Comment gères-tu toute cette folie ? Comment répartis-tu les rôles ?

[Daisy] Tout d’abord, il faut savoir que j’ai toujours été très organisée dans ma vie. Lorsque j’étais commerciale, j’avais un gros secteur, de gros objectifs, je dormais souvent à l’hôtel. Donc, j’avais déjà cette organisation presque militaire à la maison, où les menus sont faits une semaine à l’avance, où les courses sont faites en fonction des menus préparés, etc.
Donc, j’ai toujours eu cette philosophie, de tout organiser en amont. Cela n’a pas changé. Après, je suis effectivement maman et même belle maman, puisque nous sommes une famille recomposée avec mon mari. Nous avons 3 garçons à la maison qui ne sont pas très vieux, ça fait beaucoup de travail !
Au final, avec mon métier, mon bureau est à la maison. Ainsi, c’est beaucoup plus facile que dans mon ancienne vie de commerciale. Je reste tout à fait disponible pour aller récupérer les enfants à l’école, et cela ne m’empêche pas de reprendre mes dossiers par la suite, ou de reprendre des rendez-vous en visio avec mes clients lorsque j’en ai besoin. En parlant de ça, il faut savoir qu’environ 80 % de mes clients ne vivent pas dans la région où je vis, donc la plupart des rendez-vous doivent se faire en visio, ce qui est très pratique. Cela permet une bonne faisabilité, on arrive à s’organiser.
Ensuite, oui mon mari a rejoint l’agence, mais seulement partiellement, c’est-à-dire qu’il a toujours son travail où il est salarié d’un groupe. Il a rejoint l’agence en étant officiant. Cependant, il a toujours été mon assistant numéro 1, il a été toujours présent !

[Perrine] Justement, tu parlais de mariées étrangères. Tu as régulièrement des clients étrangers, ou la plupart sont français ?

[Daisy] Il y a beaucoup de Français qui vivent à l’étranger. Sinon, c’est souvent l’un des deux fiancés qui est étranger. Mais un couple 100 % étranger, ce n’est arrivé qu’une seule fois.

[Perrine] Merci de ta réponse. Aussi, tu as été élue meilleure wedding planner française par Planners l’an dernier. Je voulais savoir si cela avait permis de booster ta visibilité, et si tu avais l’impression que cela te faisait gagner en crédibilité auprès des clients.

[Daisy] Oui bien sûr. C’est toujours bien d’avoir ce genre de reconnaissance. Effectivement, les gens regardent les avis sur Internet. Donc, cela apporte une pierre à l’édifice, ce qui est vraiment bien. De plus, c’est génial d’avoir ce genre de récompenses, car cela vient directement de nos propres clients. C’est une sorte de reconnaissance de la part de la profession, mais aussi des clients, de ceux qui ont vraiment eu affaire à tes services.
On le voit, lorsque une wedding planner a beaucoup d’avis positifs, que ce soit sur sa page Google, son site Internet ou les différentes plateformes, cela booste la visibilité. Je pense que c’est quelque chose qu’il faut travailler en tant que wedding planner. Je n’avais pas pris connaissance de l’ampleur de ce type de choses, c’était nouveau pour moi. Avant, j’étais juste commerciale, tu fais un bon travail, et c’est tout. Là, on touche du particulier. Le particulier a vraiment besoin de recommandation, d’être rassuré, et donc c’est très bien que cela existe. Je suis toujours très émue de voir mes avis clients, mes retours, cela me touche, car ils sont vraiment gentils.

[Perrine] C’est super d’avoir ce relationnel avec eux, tu fais vraiment partie de leur intimité. C’est une grosse étape de vie, alors c’est super de pouvoir avoir ce rapport-là avec ses clients.

[Daisy] Oui, c’est vrai que nous sommes très proches. Comme tu le dis, on rentre dans l’intimité des gens, c’est-à-dire qu’il y a souvent des histoires de famille ou autre. Nous sommes vraiment liés pendant quelques mois, 1 an ou 2 ans, et encore davantage dorénavant avec cette histoire de Covid, où nous arrivons à presque 3 ans de travail commun. Il y a une grande proximité, je vois des enfants naitre, je les vois rentrer au CP, etc. Ils nous font vivre tout cela, c’est très plaisant. Par défaut, j’essaie de garder une distance, car ce sont des clients et il est certain que la relation va s’arrêter un jour. Donc forcément, c’est parfois émotionnellement difficile lorsque cela s’arrête du jour au lendemain. Nous sommes tous des êtres humains. J’essaie de garder constamment en tête que cela reste des clients, mais j’ai tout de même des relations proches avec certains.

[Perrine] Comment gères-tu la fin d’un contrat ?

[Daisy] Cela dépend des attentes. Généralement, il y a toujours différentes choses à régler à la fin, comme des factures de soldes avec certains prestataires, ou des chèques de caution à récupérer, et parfois des photos ou vidéos. Pour tout ça, je reste disponible et à l’écoute. Il y a aussi les cartes de remerciement que l’on envoie. Après, cela se fait naturellement, le lien se défait gentiment. Ensuite, on s’envoie un petit message de temps en temps pour savoir si tout va bien.

[Perrine] As-tu des nouvelles régulières de tes anciens mariés, fêtes-tu les anniversaires de mariage, ce genre de choses ?

[Daisy] Oui, mais cela dépend la relation. J’ai bien sûr plus d’affinité avec certains clients. Mais oui, je reste en lien, que ce soit avec la carte de vœux à Noël, ou autre. Je reste assez proche d’eux.

[Perrine] Comment arrives-tu à retenir toutes les informations nécessaires, tu as un fichier de suivi, un CRM, quelque chose de ce type ?

[Daisy] Tout à fait, je me suis créé mon propre CRM, grâce à un site Internet qui s’appelle Trello. Ce site n’est pas du tout dédié au mariage, mais je l’utilise. Sur celui-ci, il y a un calendrier où l’on peut planifier des tas de choses, et où je peux avoir un suivi de ce qui est fait pour les mariages, au niveau de l’organisation. Après, pour le suivi d’après mariage, cela reste naturel et spontané. Je ne note pas que je dois envoyer un texto à telle ou telle personne. Là, c’est parce que j’en ai envie.

[Perrine] Pour ceux qui ne le savent pas, un CRM est un logiciel qui permet de gérer la relation client. C’est un mixte entre la gestion de projet et la relation client, cela permet de savoir où nous en sommes dans chaque projet.

[Daisy] Exactement !

[Perrine] Trello fonctionne sous plusieurs formes. Il y a des colonnes et un calendrier qui nous permet de moduler tout cela comme on le souhaite. Je l’utilise aussi au quotidien. C’est un outil très efficace.

[Daisy] C’est vrai, et peu de personnes le connaissent. De plus, c’est gratuit ! Donc, je l’utilise pour mon organisation de façon générale, je crée un tableau par mariage, que je vais ensuite partager aux futurs mariés, afin qu’ils puissent avoir leur propre rétro planning, les devis, les suivis, les prestataires, etc. Donc, le tableau Trello évolue avec l’organisation de leur mariage, c’est quelque chose qu’ils aiment dans mon service, car ils ont ce suivi accessible 24h sur 24 tous les jours. Cela leur permet de voir où on en est, les prochaines étapes, etc.

[Perrine] Oui. Au final, un mariage est un projet où tu transposes des méthodes de gestion de projet. Dans les entreprises ou les start up, on voit de plus en plus que les outils collaboratifs sont courants. Je pense que c’est intéressant pour les mariés de savoir où tu en es de ton côté et surtout d’avoir accès à tous ces outils. Ils ont ainsi l’impression d’avoir un œil sur les choses et donc de contrôler.

[Daisy] Exactement. De plus, ceux qui font appel à un wedding planner ne connaissent pas ce métier, ils ne savent pas exactement les tâches à réaliser. Souvent, les gens se disent qu’ils veulent un wedding planner, mais sans connaître le métier. Ainsi, avec cet outil, ils peuvent tout voir, car je marque toutes les tâches, qu’elles soient terminées ou en cours. Ils voient le rythme auquel je travaille sur leur mariage, à quels moments, etc. Cela offre une bonne visibilité sur mon service.

[Perrine] Comment t’organises-tu au quotidien pour travailler sur les différents mariages ? Combien de mariages as-tu par saison, par mois ?

[Daisy] Alors, en organisation complète, je n’accepte que 10 mariages par an. Cela me permet d’offrir un travail de qualité, j’insiste grandement sur ce point, c’est ma disponibilité ! C’est-à-dire que je suis disponible 7 jours sur 7 pour mes clients. Au plus tard, je veux pouvoir répondre à leur demande dans la journée. Après, entre les organisations partielles et les autres évènements qui demandent moins de temps en organisation, tels que les demandes en mariage, les anniversaires d’enfants, etc., là c’est différent. En prenant tout en compte, je peux aller jusqu’à une vingtaine, mais pas plus.

[Perrine] Justement, nous allons passer à ce que j’appelle le moment « bonne pratique » du podcast. Ce sont de petites questions. La première, elle concerne ton outil indispensable pour gérer ton activité au quotidien. Tout le monde me répond le smartphone, mais quel est le tien ?

[Daisy] Ce n’est pas mon cas. Évidemment, c’est mon moyen de communication, mais mon outil indispensable est mon agenda. J’aime écrire, barrer, utiliser des stabilos, j’en ai besoin. Je n’aime pas marquer en version numérique, je ne fais que recopier lorsque c’est nécessaire, mais je préfère écrire d’abord sur mon agenda papier. Il y a aussi le Trello qui est indispensable.

[Perrine] C’est très bien, en plus nous n’avons pas évoqué Trello, c’est intéressant de parler de cet outil qui est très pertinent. De plus, je demande généralement le conseil que tu donnerais à ton « toi » du premier jour. Pour toi, je ne sais pas si c’est Daisy de 2012, ou celle de 2017, peut-être la dernière, car c’est la date de l’ouverture de l’agence.

[Daisy] Oui, je dirais à mon « moi » d’avant de se lancer, de ne pas avoir peur. Il est évident que l’on a des appréhensions au début, on se demande ce qui va se passer si nous n’y arrivons pas, si cela ne fonctionne pas. Donc je dirais de se faire confiance, et d’adorer la vie.

[Perrine] C’est un bon mot d’ordre. As-tu une personnalité qui t’inspire ? Des choses que tu lis, que tu écoutes, qui te motivent au quotidien ?

[Daisy] Pas tellement, je n’ai pas le temps. J’aimerais davantage, mais j’ai déjà une philosophie de vie où je consacre un minimum de temps pour moi dans la journée, que ce soit des moments de méditation ou autre. Ce genre de choses me permettent de canaliser le stress, l’énergie, et tout ce qui est lié à l’activité de wedding planner, et à l’activité de l’entrepreneur de façon générale. C’est sur cela que je passe beaucoup de temps, pour résumer, le bien être intellectuel et physique.

[Perrine] Dans ce sens, as-tu des applications à recommander, des choses que tu fais ?

[Daisy] Concernant la méditation, j’utilise l’application Petit Bambou. Elle est très bien construite et très sympa, donc je la recommande avec plaisir. Pour le reste, je vous conseille de lire “Miracle Morning”, et tout découlera comme par magie.

[Perrine] Super ! C’est-à-dire que tu appliques les conseils de “Miracle Morning” tous les matins ?

[Daisy] Oui ! Par contre, contrairement à l’écrivain, je ne suis pas une lève-tôt. J’ai du mal avec le fait de me lever tôt, hormis quand les autres me l’imposent. De préférence, j’aime me réveiller naturellement sans réveil, généralement entre 7 et 8h. Cela me va très bien comme ça ! Là, dans “Miracle Morning”, ils demandent de se lever à 5h du matin, ce n’est pas pour moi ! Par contre, j’aime mon rituel matinal, ils sont plus ou moins longs en fonction de la journée. Ce qui est sûr, c’est que je prends toujours un moment, si ce n’est pas le matin, c’est le soir, mais je prends mon moment pour moi tous les jours.

[Perrine] C’est un super conseil. On a tendance à avoir ce mythe de l’entrepreneur qui est 7 jours sur 7 et 24h sur 24 pour ces clients. Mais, on oublie qu’un bon entrepreneur est d’abord quelqu’un qui est à l’aise avec lui-même, qui sait ce qu’il fait, où il va. Donc, il est primordial de prendre des temps pour soi afin de réfléchir et de se réajuster. Dernière question, j’aimerais te demander quels sont tes prochains objectifs. Quel avenir entrevois-tu pour ta société pour 2020 et après, tout en sachant que la période actuelle n’est pas très simple ?

[Daisy] La société n’est pas vieille, c’est encore un bébé ! Donc, je lui souhaite de continuer son évolution comme nous l’avons joliment commencé. Ensuite, j’ai effectivement d’autres projets toujours liés aux événements joyeux de la vie privée. Notamment, j’ai le projet de construire un système de box, une sorte de box à offrir autour du mariage ou de la naissance. C’est un projet que je suis en train de construire et que j’espère pouvoir mettre en place à partir de 2021.

[Perrine] L’idée, ce serait plutôt un cadeau de mariage, pour les invités ?

[Daisy] Oui, des cadeaux à offrir ou à s’offrir, peut-être une box déclinée pour la future mariée, une box pour le couple, une box pour l’enterrement de vie de jeune fille, etc. Ensuite, un volet autour de l’arrivée de l’enfant, une box naissance. J’aime bien ce principe de coffret cadeau. Je suis en train de travailler dessus avec des fournisseurs, afin que cela arrive au plus tôt.

[Perrine] Je trouve que c’est un super projet. Cela change, car la plupart des wedding planner sont dans le développement et se disent qu’elles aimeraient ouvrir une nouvelle agence à tel endroit et faire telle ou telle chose, et encore une fois tu prends le contrepied. Tu ne fais pas comme les autres, je trouve ça très inspirant.

[Daisy] Merci !

[Perrine] Merci beaucoup pour ce temps d’interview. N’hésite pas à nous faire signe quand tu sortiras cette box, ce sera avec plaisir qu’on en parlera sur planners.fr

Tags:
  • #2 oui pour 1 nom
  • #Carnet de Noces
  • #Daisy Parnis
  • #Trello
Partage:

0 Commentaire(s)

Champ email invalide

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Laisser un commentaire